Ce projet est co-financé par le fonds européen agricole pour le développement rural.

Pour plus d'informations sur le FEADER, n'hésitez pas à visitez la page web de la Commission européenne.


PROGRAILIVE : Contexte - Objectifs

L'objectif du projet PROGRAILIVE est de sécuriser et d'augmenter la production de protéagineux grains pour les élevages de l'ouest de la France (Bretagne et Pays de la Loire).  Les protéagineux ciblés dans ce projet sont le pois, le lupin et la féverole utilisés en grains pour augmenter l'autonomie protéique des élevages de l'ouest de la France.

Ce projet de recherche et d'expérimentation est centré sur les attentes des agriculteurs du territoire et à ce titre, une des clés d'entrée pour sécuriser la production des protéagineux est de travailler sur ces cultures en association avec les céréales.

Les cultures en mélange céréales - protéagineux : coeur du projet PROGRAILIVE
Exemple de cultures associées : association lupin - triticale (Crédit Photo Nicolas Carton - ESA Angers)


chiffres clés & Partenaires

PROGRAILIVE est un projet porté par le Pôle Agronomique Ouest qui implique des acteurs économiques, des organismes professionnels agricoles, des organismes de recherche et de formation.

Démarrage du projet : janvier 2016

Durée : 48 mois

Coût : 2,6 millions d'€

Financeurs publics : FEADER PEI-AGRI, Conseil Régional de Bretagne


Acteurs économiques :

Terrena Innovation, SA Pinault Bio, Groupe d'Aucy, Caliance, CAVAC, Triskalia, Jouffray-Drillaud

Organismes professionnels Agricoles :

Chambres régionales (et départementales) d'agriculture de Bretagne et des Pays de la Loire, FRCUMA Ouest,  Réseaux RAD-CIVAM, Réseaux CAB-GAB

Organismes de recherche et de formation :

Agrocampus Ouest, INRA de Rennes, Groupe ESA-LEVA, UBO-LUBEM, Vegenov, Terres Inovia et 4 lycées agricoles : Bréhoulou, Saint-Aubin-du-Cormier, Laval et La-Roche-sur-Yon

Nicolas CARTON travaille depuis octobre 2014 au sein de l'unité de recherche LEVA (Légumineuses, Ecophysiologie Végétale, Agroécologie) de l'ESA d'Angers. La thèse de Nicolas, financée dans le cadre du projet, s'intitule "Interactions trophiques induites par l'association du lupin avec une espèce compagne et conséquences sur la productivité des espèces et la gestion des adventices". La démarche expérimentale de la thèse combine des essais en serre, en microparcelles et en réseau de parcelles. 

Martin Luquet travaille depuis novembre 2016 au sein de l'unité de recherche IGEPP (Institut de Génétique, Environnement et Protection des Plantes) au centre d'Angers d'Agrocampus Ouest. La thèse de Martin, financée dans le cadre du projet, s'intitule "Exploitation des ressources trophiques et mouvement d'un parasitoïde des pucerons dans des associations protéagineux / céréales". La démarche expérimentale de la thèse comprend à la fois des expérimentations en laboratoire et sur le terrain.


Résumé

Pour augmenter et sécuriser la production du pois, du lupin et de la féverole, les partenaires du projet PROGRAILIVE ont décidé, collectivement, de :

  • Sérier les déterminants au déploiement de ces cultures en suivant des pratiques agricoles ;
  • Dévérouiller le déploiement de ces cultures en expérimentant et testant plusieurs solutions en stations expérimentales, chez les agriculteurs et dans les lycées pour former les agriculteurs de demain ;
  • Diagnostiquer, comprendre et proposer des solutions face à la problématique des maladies spécifiques de ces cultures ;
  • Optimiser la culture du lupin en limitant le salissement de la parcelle par les adventices (étude des interactions induites par des associations lupin / autre plante) ;
  • Etudier et suivre les populations des ravageurs et auxiliaires des cultures de pois, lupins et féveroles dans un contexte de cultures en association.

Télécharger
Plaquette de présentation du projet PROGRAILIVE
PROGRAILIVE, pour sécuriser et augmenter la production de protéagineux grains en Bretagne et en Pays de la Loire.
PROGRAILIVE_plaquette.compressed.pdf
Document Adobe Acrobat 218.0 KB